Sylvie Forestier

  • Un guide destiné au grand public pour connaître ce peintre qui fait l'objet d'une exposition au Musée d'art moderne de la ville de Paris en avril 1995.

  • Dans cet ouvrage, trois grandes spécialistes de l'art moderne et de Marc Chagall se penchent sur le travail d'illustration de la Bible réalisé par l'artiste en 1930 et 1931, à la demande de l'éditeur Ambroise Vollard.

    La critique connaissait déjà les quarante gouaches préparatoires aux gravures de la Bible. Mais la découverte récente des vingt-deux études inédites rassemblées dans ce livre bouleverse la compréhension de cette oeuvre.

    Par un jeu subtil de couleurs et de formes, Chagall ne se limite pas à illustrer la narration biblique : il construit sa propre interprétation du texte, révélant sa vocation prophétique.

    Les vingt-deux études inédites forment un ensemble où se mêlent l'aquarelle, la gouache, le pastel, l'encre et le crayon. Plus spontanées encore que les gouaches, elles semblent refl éter l'inquiétude et les menaces sourdes d'un temps tragique.
    Les auteurs nous racontent l'oeuvre de Chagall, son imprégnation de la philosophie russe du XXe siècle, ses références à l'art grec, aux icônes russes et à la peinture occidentale.

    L'exposition Chagall s'ouvrira en janvier 2015, au musée de Nice.

  • Entre 1952 et1956, Marc Chagall illustra l'antique roman grec de Longus, Daphnis et Chloé, histoire éternelle et heureuse du premier amour, qui n'a jamais cessé d'émouvoir depuis sa traduction en français par Jacques Amyot au XVIe siècle.
    La réalisation de cette publication en 1961 fut marquée par le tour de force de quarante-deux lithographies réclamant jusqu'à trente passages qui, aussi réussies soient-elles, ne rendent pas tout à fait compte des gouaches originales, faisant ici l'objet de leur toute première publication. Celles-ci permettent de mesurer avec quelle précision Chagall suit le déroulement du récit romanesque et avec quelle fraîcheur il en évoque les principaux épisodes.
    L'éditeur a voulu rendre compte de ce travail par une mise en pages inédite. Chaque gouache est en regard accompagnée par l'extrait qui lui correspond. Car Chagall a synthétisé brillamment ce récit et effectué une analyse sévère du roman, dont il retient avec justesse les principaux événements. Il ne s'abandonne pas à la reconstitution archéologique ; sa vision au contraire dégage la signification profonde de l'événement fortuit et souligne les moments d'émotion.
    Par le jeu subtil des dominantes chromatiques, de l'opposition entre leurs chaudes et froides, dans l'alternance des formats, ces gouaches écrivent une véritable partition musicale qui répond à la saveur des mots. La préface a été rédigée par Sylvie Forestier, en charge longtemps du Musée national Chagall à Nice, qui apporte des informations inédites venant enrichir cette publication.

empty