Arts et spectacles

  • Quelle est cette main inconnue et surpuissante qui attrape Enki Bilal au beau milieu de la nuit et le projette sur un lit de camp ?
    Quel est ce lieu mystérieux et hanté dans lequel il a atterri ?
    Qui sont ces créatures, minotaure, cheval ou humains déformés, que l'artiste rencontre en essayant de trouver son chemin dans ce labyrinthe sombre et inquiétant ?
    Que lui veulent-elles ? Et dans quel état sortira-t-il de cette incroyable nuit ?

    Dans une déambulation hallucinée, Enki Bilal croise tant les personnages de Picasso, ses muses, ses modèles, que le grand maître lui-même et Goya, son idole. Son errance dans les couloirs du Musée Picasso prend la forme d'une rêverie éveillée qui nous fait toucher du doigt l'oeuvre du peintre espagnol d'une façon sensorielle et envoûtante, pour aboutir en épiphanie à la présentation de Guernica, la grande toile du maître.

  • Graphite in progress t.2

    Enki Bilal

    Après un premier succès en 2016, la galerie Barbier & Mathon accueille Enki Bilal du 21 septembre au 03 novembre 2018.
    Cette exposition est consacrée à ses esquisses et croquis à la mine de plomb. Plus de cent nouveaux crayonnés sur calque issus d'oeuvres emblématiques de l'artiste seront réunis dans un second et nouveau volume de Graphite in Progress.

  • Dans la cité, imaginons que la musique soit la loi. Les news scandent la vie. La parole, la confidence est suspecte. Les âmes brûlent au soleil d'une fantaisie : Sunny Cash, dieu de l'argent, règne sans partage. Face à lui, Sphinx, déesse de la vérité. Elle le retient, l'inquiète. Feu et eau. Violences rythmiques du baryton basse, lignes pures de la soprano lyrique. Dans la cité, imaginons une crise grave. Nous nous focalisons sur lui, un golden boy, un initié, et clic, une speakerine. Deux personnages entraînés à la parole du Grand Central, surveillés et protégés par les dieux. Chacun lune pour ne pas se perdre et cherchant l'autre se trouve soi. Paroles immergées dans la musique, confidences soudain portées au premier plan. Les dieux apprendront la violence des sentiments. Les humains accepteront le triomphe de l'amour. La musique emportera le récit. O.P.A. Mia : l'amour, l'argent. J'ai dédié cet opéra à la mémoire des années quatre-vingts pour ne pas oublier leur soudaine âpreté.
    Secrètement, je le dédie aux amants, les vrais initiés.
    Let's imagine that music is law in the city. The news articulates life. Speech is suspect. Souls burn in the sun of a fantasy: Sunny Cash, God of Money, rules supreme. Facing him is Sphinx, the Goddess of Truth. She holds him back and worries him. Fire and water. Rhythmic violence of the bass-baritone, pure lines of the lyrics soprano. Let's imagine a serious crisis in the city. We focus on a golden-boy, an initiate (He), and a newsreader (She). Two characters trained in the official speech of the Grand Central, watched over and protected by the gods. Each one struggles not to lose himself and, seeking the other, finds himself. Words immersed in music, confidences suddenly brought to the forefront. The gods will learn the violence of feelings. Tbc humans will accept the triumph of love. Music will carry the story along. O.P.A. Mia, My Tender Bid: love and money. I dedicated this opera to the memory of the eighties so as not to forget their sudden harshness. Secretly, I dedicate it to lovers, the true initiates.
    Denis Levaillant.

    Opéra filmé à l'Opéra Comique, Paris Opera filmed at the Opera Comique, Paris.
    O.P.A. Mia a été créé au Festival d'Avignon en 1990. Réédtion du DVD du spectacle avec le livret en français et anglais, décors et costumes d'Enki Bilal.

empty